Home > Bolivia > 29th April – The worlds largest salt flat at Salar de Uyuni, Bolivia

29th April – The worlds largest salt flat at Salar de Uyuni, Bolivia

It was our last day of this 3 days/two nights tour and we were up at 5:30am to pack and get out of this hostel at 6:30am, we know what Alejandero our driver is like so no messing around.

We drove through the flooded salt flats, watching the sunrise. It was yet again magnificent and got out of the car into the water to take photos.

20120503-113700.jpg

The journey then took us to the fish island in the middle of the salt flats. I’m not sure why it’s called the fish island but i presume when this place used to be a lake it had fishes in it. The fish island had cactuses growing on it but didn’t climb up the hill due to my busted knee but Julie mentioned she saw 2 Lamas and a rabbit.

The salt flats of Uyuni are amazing, at some point we could not see the horizon as it was blended in, it was pure white. We stopped and took photos, it’s the best place to take photos of you pretending to carrying a car in your hand or in my case standing on an apple. Love this place.

20120503-113743.jpg

We arrived in Uyuni town where our car broke down but thankfully, this was our last stop of this tour. They have a train museum but it’s not worth your time, don’t bother.

The little town of Uyuni is very bizarre but very friendly people. We wanted to stay a night but we decided as we can get to our next destination Potosi not too late in the evening we should try and move on.

20120503-113834.jpg

The internet is very very slow in Uyuni, it took Julie and Marie about an hour to book our hostel in Potosi. The current exchange rate is £1 = $10 Bolivianos. Bus tickets to Potosi cost $30 Bolivianos and the hostel room for $65 Bolivianos per person.

20120503-114118.jpg

We all hanged around in the main square in the sun for a few hours until going to Tonito Hotel which was supposedly the best place for a pizza. The pizza portions were big enough for two people, Julie ordered chicken whilst I had Lama, it did taste really good.

20120503-114229.jpg

The five hours bus journey from Uyuni to Potosi was ok, buses are not as comfortable as the Argentinian ones, we finally feel like we are travelling again, away from civilisation. We’ve heard horrible stories about bus travel in Bolivia so it wasn’t too bad.

Five of us arrived at 11:30 and grabbed a taxi to La Casona hostel at $5 Bolivianos per person. It’s a nice hostel but very cold especially at these altitudes but nothing we can do apart from put layers upon layers on to sleep.

En francais:

Réveil à 5h30, p’ti dej à 6h et à 6h30, on part direction le Salar d’Uyuni pour le lever du soleil.

On prend le même chemin que la veille et quand on arrive à la partie inondée, Alejandro nous fait faire des petits tours en rond pour prendre des photos. À un moment, il nous fait même descendre en nous disant: “Allez c’est rigolo, vous verrez c’est l’aventure!”. Il avait raison, c’est génial. On avait les pieds dans l’eau mais on n’a pu prendre de superbes photos.

20120503-113714.jpg

Plus tard, on remonte dans la voiture et on roule pendant un bon moment jusqu’à ce qu’il nous demande si on sait ou on est. On lui dit que non pas vraiment et il nous annonce qu’on approche de l’île Incahuasi. D’abord, on ne comprend pas car quand on a réservé notre place pour le tour et au début du voyage on nous avait dit qu’on ne pouvait pas y aller à cause des inondations.
À ce sacré Alejandro, il nous a fait une surprise et nous y a emmené quand même!
L’entrée coûte normalement 30 bolivianos mais comme le garde n’attendait pas de touriste avant la semaine prochaine il n’y a personne pour collecter les frais d’entrée! On passe plus d’une demi-heure sur l’île à grimper entre les cactus et les rochers. En se baladant on aperçoit des lamas et des lièvres oranges qui peuplent le sud Lipez et le Salar d’Uyuni.

20120503-113807.jpg

Alejandro siffle pour nous faire redescendre et reprendre la route. On roule sur cette croûte de sel pendant des kilomètres avant de s’arrêter prendre des photos surréalistes. En effet, comme le Salar est immense et blanc, le ciel bien bleu, on peut faire des photos rigolotes en jouant avec les perspective.

Plus tard, on roule jusqu’à un hôtel de sel qui à été converti en musée sans grand intérêt, puis on passe à l’endroit ou les boliviens exploitent le Salar et collectent le sel pour en faire du sel de table.

20120503-113906.jpg

Enfin, on arrive à Colchani, une ville frontalière du Salar ou on peut acheter de l’artisanat. C’est aussi l’endroit ou on mange notre dernier repas, des escalopes milanaises qu’Alejandro nous a gentiment cuisine ce matin.

Quand on reprend la voiture c’est pour les 22 derniers kilomètres qui nous séparent d’Uyuni, notre destination finale. On a un dernier arrêt à faire avant de se séparer: le cimetière de trains. Dans la périphérie de la ville, on peut trouver des dizaines de carcasses de trains rouillés, éviter d’y aller si vous pouvez, ça n’a aucun intérêt et c’est moche. En plus, on a crevé sur la route pour y aller!

20120503-114157.jpg

Ça y est c’est la fin, on dit au revoir à Alejandro, au 4×4 et on récupère nos sacs.
On essaie de trouver un endroit ou dormir mais le premier endroit est complet donc on décide de ne pas chercher pendant trois heures et de prendre le bus directement ce soir pour aller jusqu’à Potosi notre prochaine destination. On trouve des billets pour 18h30, on sera avec Antonin et Marie, qui étaient dans notre voiture et Anais, qui était dans un autre 4×4 de notre groupe.

On se pose sur la place principale en attendant le départ et peu avant, on se rend dans le seul endroit potable pour manger: Minuteman Pizza. On y commande des pizzas au lama! malheureusement, elles n’arriveront pas à l’heure et on devra les prendre à emporter.
Ensuite, on court pour attraper le bus et on l’a de justesse.
Rien a voir avec les bus brésiliens, chiliens out argentins, il y a des néons débours dans l’allée, des affaires partout et on doit déplacer des gens pour avoir nos sièges réservés.
Le bus part à l’heure et roule bien dans les routes de montagnes.

20120503-114250.jpg

Sur la route, Marie et moi papotons et regardons “Les Petits Mouchoirs”, ça fait passer le temps.

À 23h30, on arrive enfin à Potosi, à 4060m d’altitude, ce qui en fait la ville (de plus de 100,000 habitants) la plus haute du monde.
On attrape un taxi pour tous les cinq car on va au même endroit et on s’entasse dans la voiture pour les 3km qui nous séparent de la gare routière.

5 minutes plus tard, on a nos chambres et on se couche vite fait malgré le froid.

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: