Home > Argentina > 24th March – Arriving in Puerto Madryn

24th March – Arriving in Puerto Madryn

Rest In Peace to my second mother and aunt who passed away yesterday.

Woke up still on the bus and we were expected to arrive in Puerto Madryn around 1pm.

Puerto Madryn is a seaside town with a population of 57,000 that was inhabited by the Welsh after the Indians were driven out by the war.

20120328-081235.jpg

It’s a very popular place for Argentinians to come and spend time on the beach during the summer holidays but water can be very cold. It’s a perfect place to base yourself if you would like to visit The seals and orcas in Peninsula Valdes or visit the penguin colony in Punta Tombo.

Once we arrived at the bus station we walked 10 minutes to our hostel called El Gualicho where we arranged a tour to see killer whales feed on seals. It’s just a matter of pure luck if you will see them but we heard they had been seen two days ago. Fingers crossed.

En français:

La nuit s’est plutôt bien passée. On n’a pas vu le temps passe et quand on se réveille, c’est l’heure du petit déjeuner.

Pour le reste du trajet, ils montrent le film “My sister’s keeper”, un film super triste.

Finalement, on était bien content d’avoir nos sandwichs car on arrive à Puerto Madryn à 14h et on ne nous a plus rien servi après le petit déjeuner.

Les paysages qu’on voyait ce matin étaient plutôt monotne: une grande route toute droite qui traverse la pampa.

20120328-081246.jpg

La petite ville de Puerto Madryn dans l’état du Chubut n’a rien d’exceptionel si ce n’est que c’est une très bonne base pour visiter la Péninsule Valdes, un site classe Patrimoine Mondial de l’UNESCO pour ses animaux.

De la gare routière, il ne faut marcher que cinq minutes pour arriver jusqu’à notre auberge de jeunesse: El Gualicho.

On s’installe dans notre dortoir de 6 puis on s’en va réserver un tour pour le lendemain. On apprend que c’est la saison des orques. Apparemment ils viennent chasser le phoque ou l’otarie sur une plage de la péninsule. Ça n’arrive que deux semaines par an mais il faut être très chanceux pour les apercevoir et encore plus pour les voir s’échouer sur la plage et croquer dans les phoques.

Ensuite, on va au supermarché pour acheter de quoi se faire à manger. On se prépare des spaghettis bolonaise faite maison. Ça fait du bien surtout qu’il ne fait pas très chaud dans le coin.

Quand on va se coucher, on voit qu’une autre personne s’est installées dans la chambre, espérons que ce n’est pas un ronfleur.

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: