Home > Brazil > 7th March – Beautiful Salvador de Bahia

7th March – Beautiful Salvador de Bahia

Being in Brazil has been fun, exciting and interesting but it’s been different. We are always on alert and never feel relaxed in both Rio and now in Salvador. We always have our back up and jut cautious. Looking forward to relaxing and just feeling safe but I think South America will just like this.

20120311-092907.jpg

Salvador is perched on top of a cliff and once we arrived we could feel the energy. The Portuguese arrived here in 1549 and their conquering of the place wasn’t easy as the Caete Indians killed the governor and bishop and ate them. How times have changed, Brazil is now the 6th largest economy and where is Portugal?

The city of Salvador is split into upper and lower sections and the heart of the city being Centro. Tourists are always advised to use the elevator between the sections as the middle bit is a bit rough and likely to get mugged. The bottom section has a handicrafts market and the beach but advised not to walk around after the sun goes down.

20120311-092954.jpg

You will find a large number of police presence in the coty as the region knows the importance of tourism to its economy. Even with the police scanning the place you always feel tense and not relaxed. If safety wasnt an issue this place will definitely be in my top five places on our travels.

The cobbled streets, the African influence and music makes this place a joy. There are numerous churches in Salvador centre and where we are in Peroulinho is beautiful, picturesque, colourful and a UNESCO World Heritage Site.

20120311-093035.jpg

Our first day in Salvador, we got the bus from Terminal aguidaba to Igreja Bonfim to see the church that supposedly can heal you, just like Loudres in France. Julie has been excited about this day since we arrived in Brazil as she gets to have her colourful bracelets.

After the church we took a bus back to Peroulinho, had lunch and went to the handicrafts shop at the lower part of Salvador. We explored parts of the city by foot, walking between squares and alley ways. It rained for about an hour or so and there was a rainbow over the city, a beautiful view.

20120311-093124.jpg

In the evening we ate at Mama Bahia on Rua dad Portos. We tried a local dish called Moqueca which is a broth of crab or fish cooked with palm oil. It also came with rice, cassava and a mashed vegetable. It was delicious, it’s a MUST if you ever visit this wonderful city. Our food also came with free Caipirinha.

We walked back after dinner and slept.

En français:

Le petit déjeuner de la Nega Maluca est encore mieux qu’à Rio! On en profite bien avant d’attaquer la visite de la ville.

On commence par le plus éloigné, Igreja do Nosso Senhor do Bonfim. Pour y aller on prend un bus qui est rempli d’élèves de l’ecole de police militaire, c’était impressionant.
On arrive une demie-heure plus tard à cause du trafic. On grimpe la petit colline et quand on arrive on voit des milliers de petits rubans de toutes les couleurs noués sur la grille. Les fitas sont des rubans que les fidèles (et touristes) nouent pour faire un vœu. À l’origine c’était porte au cou par les miraculés. Maintenant, c’est une preuve de souhait. Il faut que ce soit un cadeau, noué trois fois au poignet gauche. Pour que le vœu se réalise il faut garder le ruban jusqu’à ce qu’il tombe.

20120311-092932.jpg

C’est censé rester trois mois, j’en ai quatre depuis le mois d’août dernier et ils sont loin de craquer…
Dans une chapelle de l’église, il y a des dizaines de membres en bois et plastique accrochés au plafond, encore une fois c’est pour les miraculés soit un don soit un souhait. Et sur les murs, il y a des souhaits, des remerciements, des photos avant/après, des prières et encore plus de fitas. Le reste de l’église est plutôt classique avec des faïences azuléjo typique du Portugal.

Une fois la visite finie et nos vœux faits, on reprend le bus dans l’autre sens et on déjeune à la guesthouse, spaghettis sauce napolitaine.

20120311-093016.jpg

Jésuite, on va dans un endroit hyper glauque et à mon avis dangereux à la nuit tombée, pour y acheter nos billets de bus pour Lencois, le point de départ pour la visite du parc national Chapada Diamantina. Ça nous a été recommande par Maxime qui y était en Août. Une fois les billets achetés, on n’a pas traîne et on a été Praça Municipale pour prendre le fameux Lacerda Elevador pour aller dans Cidade Baixa, la ville basse. Salvador est construit sur deux niveaux et le meilleur moyen pour atteindre l’un est de prendre l’ascenseur qui coûte R$0.15 par voyage.

20120311-093049.jpg

Une fois en bas, il y a moins de choses à voir. On fait un tour dans le Mercado Modelo qui est rempli d’étals de souvenirs: t-shirts, instruments de musique pour la capoiera, fitas, cachaça etc… Ça vaut le coup si vous avez des souvenirs à acheter sinon pas vraiment, ça n’a rien d’authentique.

On reprend l’ascenceur et on entame la visite de la partie de la ville qui est nommé Patrimoine Mondial de l’UNESCO, la vieille ville dans Cidade Alta, ville haute.
Malheureusement les églises et cathédrales ferment à 17h donc on ne peut en visiter aucune mais c’est quand même vraiment sympa. Ça pourrait être encore mieux si on ne croisait pas des dizaines de policiers avec gilet pare-balles et mitraillettes, qui ne font que nous rappeler que Salvador est une ville super dangereuse!

20120311-093108.jpg

Les rues pavées, les maisons de couleurs différentes et les femmes en costume traditionnelle ajoutent au charme de la ville. On a même droit à un arc en ciel, et par conséquent la pluie!
On rentre à la guesthouse, on s’occupe de réserver un logement à Lencios. Pendant ce temps on profite de l’happy hour a la Nega Maluca et on commande deux caipirinhas.

Ensuite, on sort dîner car on veut goûter à un plat local, la moqueca, fruits de mer ou poisson mijoté avec de l’huile de palme, le tout servi avec riz, cassava en poudre, purée de légumes… Pour ça, on est allés au restaurant Mamma Bahia. Ils nous ont offert deux caipirinhas, Hmm.
On choisit la moqueca de crabe, la moins chère, et on la déguste jusqu’à la dernière goutte, c’est vraiment délicieux. Après le dîner, on rentre à la Nega.

La bonne journée qu’on vient de passer finit mal, la seule personne qui est avec nous dans le dortoir ronfle comme un porc!

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: